IDEAS home Printed from https://ideas.repec.org/p/hal/journl/halshs-00696027.html
   My bibliography  Save this paper

Call centers : comment relever les défis culturels de la sous-traitance internationale

Author

Listed:
  • Sara Nyobe

    () (LEST - Laboratoire d'économie et de sociologie du travail - AMU - Aix Marseille Université - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique)

Abstract

Depuis plusieurs années, le besoin de compétitivité force les entreprises à chercher la main d'œuvre qualifiée et bon marché "là où elle se trouve", c'est-à-dire dans les pays à bas salaires et/ou peu coercitifs en matière de droit social. Cette situation a favorisé le développement de la sous-traitance à l'échelle internationale et a positionné cette dernière comme une forme d'organisation privilégiée. La sous-traitance est généralement présentée comme une relation bipartite impliquant un donneur d'ordres et un sous-traitant. Effectivement elle est supposée s'exercer entre un entrepreneur principal et un " agent extérieur " (Bernard, 1977) appelé sous-traitant. Celui-ci est censé " se substituer " à son donneur d'ordres quelles que soient les différences de ce dernier, sa situation géographique et quelles que soient ses caractéristiques professionnelles (CENAST, cité par Bernard, 1977). Cependant, la littérature ne précise pas les conditions de cette substitution notamment lorsque les deux acteurs de la sous-traitance sont de nationalité différente. Ainsi, comment, dans un environnement de plus en plus mondialisé, rassemblant des individus aux représentations culturelles différentes, la sous-traitance est-elle possible ? Comment se substituer à un étranger connaissant ses divergences de croyances et de valeurs ? Par le biais d'une méthodologie qualitative, nous nous intéresserons à un centre d'appels tunisien sous-traitant pour des multinationales françaises. Malgré leur partenariat historique, la France et la Tunisie seraient radicalement différentes de par leurs représentations culturelles. En effet, alors que la France est individualiste, caractérisée par une tendance forte à contrôler l'incertitude et une distance hiérarchique faible (El Akrémi et al, 2007 ; Hofstede, 1991, 2001), la Tunisie serait collectiviste, contrôlerait faiblement l'incertitude et se caractériserait par une forte distance hiérarchique (Ben Fadhel, 1992 ; Zghal, 1994 ; El Akrémi et al, 2007). Après avoir souligné les limites de la définition bipartite de la sous-traitance, nous montrerons qu'en réalité, celle-ci repose sur une relation quadripartite, comprenant l'entreprise principale, l'entreprise sous-traitante, le salarié sous-traitant et le client final. Nous proposerons ensuite une solution alternative aux problèmes culturels de la sous-traitance internationale : la transculturation. Effectivement, se définissant comme l'acquisition progressive de normes culturelles par des individus de culture différente, la transculturation implique un développement de compétences et peut favoriser la communication entre les acteurs dans un contexte de sous-traitance internationale de services. Sa mise en œuvre peut toutefois se révéler particulièrement difficile en raison du fait qu'elle implique pour le sous-traitant de maquiller sa culture d'origine.

Suggested Citation

  • Sara Nyobe, 2011. "Call centers : comment relever les défis culturels de la sous-traitance internationale," Post-Print halshs-00696027, HAL.
  • Handle: RePEc:hal:journl:halshs-00696027 Note: View the original document on HAL open archive server: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00696027
    as

    Download full text from publisher

    File URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00696027/document
    Download Restriction: no

    References listed on IDEAS

    as
    1. Ewan Oiry, 2005. "Qualification et compétence : deux sœurs jumelles ?," Post-Print halshs-00133161, HAL.
    2. Claudio Jedlicki & Mario Lanzarotti, 1980. "Sous-traitance internationale : quelle industrialisation ?," Revue Tiers Monde, Programme National Persée, vol. 21(81), pages 159-167.
    Full references (including those not matched with items on IDEAS)

    More about this item

    Keywords

    sous-traitance; transculturation; centres d'appels; multinationales; étude de cas; méthodologie qualitative; France; Tunisie;

    NEP fields

    This paper has been announced in the following NEP Reports:

    Statistics

    Access and download statistics

    Corrections

    All material on this site has been provided by the respective publishers and authors. You can help correct errors and omissions. When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:hal:journl:halshs-00696027. See general information about how to correct material in RePEc.

    For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (CCSD). General contact details of provider: https://hal.archives-ouvertes.fr/ .

    If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

    If CitEc recognized a reference but did not link an item in RePEc to it, you can help with this form .

    If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your RePEc Author Service profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

    Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.

    IDEAS is a RePEc service hosted by the Research Division of the Federal Reserve Bank of St. Louis . RePEc uses bibliographic data supplied by the respective publishers.