IDEAS home Printed from https://ideas.repec.org/p/hal/journl/halshs-00279720.html
   My bibliography  Save this paper

The Transformation of work? Trends in Work Organisation in Europe

Author

Listed:
  • N. Greenan

    ()

  • E. Kalugina
  • Emmanuelle Walkowiak

    () (LEO - Laboratoire d'économie d'Orleans - UO - Université d'Orléans - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique)

Abstract

Ce rapport a trois objectifs principaux. Premièrement, il propose de cartographier l'organisation du travail et les environnements de travail par des indicateurs synthétiques pertinents pour décrire les différentes dimensions du travail. En particulier, nous analysons la complexité du travail, le degré d'indépendance dans l'allocation du temps de travail du salarié, l'intensité du travail et la qualité des conditions de travail dans 27 pays européens en 2005. Deuxièmement, nous mesurons les tendances dans ces différentes dimensions pour l'UE à 15 entre 1995, 2000 et 2005 ainsi que pour 12 nouveaux membres entre 2001 et 20005. Troisièmement, nous identifions les déterminants (à un niveau microéconomique et macroéconomique) de l'organisation des postes de travail en Europe. Cette recherche empirique s'appuie sur les Enquêtes européennes sur les conditions de travail de 1995, 2000, 2001 et 2005.Les contributions méthodologiques de ce rapport se situent à trois niveaux. Tout d'abord, pour capturer les dimensions les plus importantes du travail, nous construisons des indicateurs synthétiques. Ensuite, nous mesurons des tendances dans l'organisation du travail en Europe sur une période de dix ans. Cette mesure est particulièrement intéressante car les données mobilisées sont en coupe. Pour ce faire, nous développons une métrique de l'organisation du travail en 1995, que nous reproduisons en 2000, 2001 et 2005. Enfin, nous menons des comparaisons internationales en estimant des modèles multi-niveaux qui permettent de distinguer les déterminants microéconomiques et macroéconomiques de l'organisation des postes de travail.Les principaux résultats concernant la cartographie de l'organisation du travail en Europe peuvent être résumés de la façon suivante. Sur la base des indicateurs synthétiques de complexité du travail, d'indépendance dans l'allocation du temps de travail, d'intensité du travail et de qualité des conditions de travail, il est difficile de discerner des regroupements géographiques au sein de l'Europe. Toutefois, deux pays scandinaves (le Danemark et la Suède) ainsi que les Pays-Bas possèdent un environnement de travail spécifique. Dans ces pays, le travail est plus complexe, il offre des opportunités d'apprentissage plus importantes, l'intensité des contraintes marchandes est également plus forte et les conditions de travail meilleures. A l'opposé, certains pays méditerranéens (la Grèce et l'Espagne) et les pays d'Europe centrale et de l'est (Lithuanie, Bulgarie et Roumanie) se caractérisent par de mauvaises conditions de travail et des emplois fortement routiniers et peu complexes. Il existe des différences importantes entre les nouveaux Etats membres et l'Europe à 15. En particulier, dans les nouveaux Etats membres, le travail est considérablement moins complexe, moins intense en termes de contraintes marchandes et les conditions de travail sont détériorées.Les principaux résultats concernant les tendances dans l'évolution de l'organisation du travail en Europe peuvent être résumés de la façon suivante. En moyenne, dans l'UE-15, la complexité du travail a chuté de manière significative entre 1995 et 2005. Cela signifie qu'en 2005, les travailleurs européens choisissent moins souvent l'ordre de leurs taches, leurs méthodes de travail, sont moins impliqués dans la résolution de problèmes imprévus qu'auparavant. Leurs taches sont moins complexes et leurs opportunités d'apprentissage plus faibles. En d'autres termes, le travail est devenu plus routinier durant les dix dernières années (1995-2005) dans l'UE-15. En même temps, le travail est devenu plus intense. De manière surprenante, cette dernière tendance provient essentiellement dans l'intensification des contraintes industrielles, c'est-à-dire des contraintes liées à la vitesse automatique des machines ou du respect d'objectifs numériques de production. A l'inverse, les contraintes marchandes, c'est-à-dire celles liées aux demandes directes des clients ont diminué (en particulier sur les cinq dernières années d'analyse). L'indépendance dans l'allocation du temps de travail s'est par ailleurs considérablement accrue. Finalement, en moyenne dans l'UE 15, les conditions de travail se sont détériorées, ce qui est cohérent avec les processus d'intensification du travail. Dans les 12 nouveaux Etats membres, la qualité des conditions de travail s'est également détériorée entre 2001 et 2005 et les contraintes marchandes ne se sont pas développées.Ces changements reflètent-ils une convergence ou une divergence entre les pays européens ? Les modèles multi-niveaux que nous avons testés permettent de répondre à cette question pour l'UE 15. Un phénomène de divergence apparaît entre les pays européens à la fin des années 90 en ce qui concerne la complexité du travail et l'intensité des contraintes marchandes. A l'opposé, le degré d'indépendance dans l'allocation du temps de travail et l'intensité des contraintes industrielle varie peu entre les pays en 2005 et tendent plutôt à converger dans les pays de l'UE-15. Pour l'indicateur de qualité des conditions de travail, nous n'identifions pas statistiquement de phénomène de convergence ou de divergence dans le temps entre les pays.Quels sont les déterminants des caractéristiques organisationnelles des postes de travail ? Le salarié typique ayant un travail routinier est une jeune femme (âgée de 15 à 24 ans) qui est employée avec un contrat temporaire. Elle n'utilise pas d'ordinateur et n'a pas de responsabilité de supervision. Elle est en général ouvrière (ou d'une profession peu qualifiée) du secteur manufacturier. Le travailleur typique d'un poste de travail avec d'intenses contraintes marchandes, quant à lui est une femme d'age moyen (entre 25 et 54 ans) travaillant dans le secteur privé. Elle est travailleur indépendant avec un contrat à durée indéterminée. Elle utilise un ordinateur au travail et a des responsabilités hiérarchiques. Les emplois les plus soumis à des contraintes marchandes sont concentrés dans le secteur des services ainsi que chez les professions du commerce. Le travailleur typique étant indépendant dans l'allocation de son temps de travail n'est pas trop jeune, il est souvent indépendant. Il travaille rarement sur ordinateur et il n'a pas de subordonné. Sa firme est souvent du secteur public. Enfin, les travailleurs avec les meilleures conditions de travail sont des femmes, qui sont employées de bureau dans des entreprises privées et qui travaillent sur ordinateur. Les hommes du secteur manufacturier du privé ont quant à eux d'intenses contraintes techniques.La divergence au niveau européen dans la complexité du travail et les contraintes marchandes peut également être expliquée par des facteurs macroéconomiques. Nous observons que les pays où la complexité de travail est importante, la part du secteur des services est forte et la proportion de salariés à temps partiel est faible. Les pays avec une forte intensité des contraintes marchandes ont une faible proportion de travailleurs jeunes et une part de travailleurs à temps partiels importants.

Suggested Citation

  • N. Greenan & E. Kalugina & Emmanuelle Walkowiak, 2007. "The Transformation of work? Trends in Work Organisation in Europe," Post-Print halshs-00279720, HAL.
  • Handle: RePEc:hal:journl:halshs-00279720
    Note: View the original document on HAL open archive server: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00279720
    as

    Download full text from publisher

    To our knowledge, this item is not available for download. To find whether it is available, there are three options:
    1. Check below whether another version of this item is available online.
    2. Check on the provider's web page whether it is in fact available.
    3. Perform a search for a similarly titled item that would be available.

    Other versions of this item:

    More about this item

    Keywords

    Transformation; work; Trends; Organisation; Europe;

    Statistics

    Access and download statistics

    Corrections

    All material on this site has been provided by the respective publishers and authors. You can help correct errors and omissions. When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:hal:journl:halshs-00279720. See general information about how to correct material in RePEc.

    For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (CCSD). General contact details of provider: https://hal.archives-ouvertes.fr/ .

    If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

    We have no references for this item. You can help adding them by using this form .

    If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your RePEc Author Service profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

    Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.

    IDEAS is a RePEc service hosted by the Research Division of the Federal Reserve Bank of St. Louis . RePEc uses bibliographic data supplied by the respective publishers.