IDEAS home Printed from https://ideas.repec.org/
MyIDEAS: Log in (now much improved!) to save this paper

La discrimination à l'entrée des établissements scolaires privés : Les résultats d'une expérience contrôlée

Listed author(s):
  • Loïc Du Parquet

    (TEPP - Travail, Emploi et Politiques Publiques - UPEM - Université Paris-Est Marne-la-Vallée - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique, GAINS - Groupe d'Analyse des Itinéraires et des Niveaux Salariaux - UM - Université du Maine)

  • Thomas Brodaty

    (CEE - Centre d'études de l'emploi - M.E.N.E.S.R. - Ministère de l'Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche - Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé)

  • Pascale Petit

    (TEPP - Travail, Emploi et Politiques Publiques - UPEM - Université Paris-Est Marne-la-Vallée - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique, ERUDITE - Equipe de Recherche sur l’Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique - UPEM - Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEC UP12 - Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne - Paris 12)

Chaque année, l'Etat et les collectivités territoriales allouent un budget non négligeable au financement de l'enseignement privé élémentaire et secondaire sous contrat (respectivement 6 663 et 1 483 millions d'euros en 2008). Parmi les contreparties figure pour ces établissements l'obligation de respecter le principe de non-discrimination. " Tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyances, y ont accès " prévoit la Loi Debré de 1959. Nous proposons d'examiner sur données expérimentales la réalité des pratiques de ces établissements lorsqu'elles sont confrontées à des demandes d'inscription d'enfants issus ou non de l'immigration. Entre mars et juin 2011, nous avons évalué la discrimination liée à l'origine supposée des parents, à l'entrée de 4 269 établissements privés répartis sur le territoire métropolitain et ultra-marin. Nous avons construit de toutes pièces les identités de deux pères fictifs, l'un portant un prénom et un nom à consonance française, l'autre à consonance maghrébine. A quelques jours d'intervalle, ces deux pères fictifs ont adressé un court message à chacun de ces établissements pour obtenir plus d'informations en vue d'y inscrire leur enfant à la rentrée suivante. Cette démarche de première prise de contact est celle préconisée par l'Education Nationale. Nous avons ensuite comparé les suites données à ces messages par ces établissements. Cette comparaison nous permet de rendre compte de la discrimination à l'entrée de l'enseignement privé, dans la mesure où le protocole expérimental de cette expérience contrôlée, qui s'inspire de la méthode du testing, nous permet d'éliminer parfaitement les deux autres facteurs potentiellement explicatifs de l'inégal accès à ces établissements : l'auto-sélection des parents et l'hétérogénéité des demandes d'inscription. Dans 18% des cas, les établissements privés discriminent le père issu de l'immigration, en donnant à sa demande d'informations une suite moins favorable qu'à celle de l'autre père fictif. Cette discrimination significative apparaît à trois niveaux. Premièrement, la discrimination se manifeste très souvent par l'absence même de réponse de l'établissement au message des parents. Si les deux pères fictifs sont concernés par cette situation dans une très forte proportion, le père issu de l'immigration l'est encore plus fréquemment (écart de 11 points de pourcentage dans les écoles élémentaires et 16 points dans les collèges). Deuxièmement, la discrimination apparaît à travers des refus. Les établissements qui ne répondent qu'à un seul message envoient plus fréquemment une réponse négative au père issu de l'immigration (écart de 6 points de pourcentage dans les écoles élémentaires et 11 points dans les collèges). Troisièmement, la discrimination transparaît au travers des réponses favorables. Les établissements qui répondent aux deux messages et n'adressent pas de réponse négative envoient moins souvent une réponse positive ferme au père issu de l'immigration (écart de 7 points de pourcentage), celui-ci étant plus souvent concerné par la proposition d'un rendez-vous que le père d'origine française (écart de 5 points de pourcentage).

If you experience problems downloading a file, check if you have the proper application to view it first. In case of further problems read the IDEAS help page. Note that these files are not on the IDEAS site. Please be patient as the files may be large.

File URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00943311/document
Download Restriction: no

Paper provided by HAL in its series Working Papers with number halshs-00943311.

as
in new window

Length:
Date of creation: Jan 2014
Publication status: Published in 2014
Handle: RePEc:hal:wpaper:halshs-00943311
Note: View the original document on HAL open archive server: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00943311
Contact details of provider: Web page: https://hal.archives-ouvertes.fr/

No references listed on IDEAS
You can help add them by filling out this form.

This item is not listed on Wikipedia, on a reading list or among the top items on IDEAS.

When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:hal:wpaper:halshs-00943311. See general information about how to correct material in RePEc.

For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (CCSD)

If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

If references are entirely missing, you can add them using this form.

If the full references list an item that is present in RePEc, but the system did not link to it, you can help with this form.

If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.

This information is provided to you by IDEAS at the Research Division of the Federal Reserve Bank of St. Louis using RePEc data.