IDEAS home Printed from https://ideas.repec.org/p/hal/wpaper/halshs-00556804.html
   My bibliography  Save this paper

Aide et mobilisation fiscale dans les pays en développement

Author

Listed:
  • Jean-François Brun

    (CERDI - Centre d'Études et de Recherches sur le Développement International - UdA - Université d'Auvergne - Clermont-Ferrand I - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique)

  • Gérard Chambas

    (CERDI - Centre d'Études et de Recherches sur le Développement International - UdA - Université d'Auvergne - Clermont-Ferrand I - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique)

  • Samuel Guerineau

    (CERDI - Centre d'Études et de Recherches sur le Développement International - UdA - Université d'Auvergne - Clermont-Ferrand I - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique)

Abstract

L'objectif de l'étude est d'analyser la relation entre l'aide au développement et le prélèvement public. Il s'agit de d'évaluer si l'aide incite les pays receveurs à réduire leur taux de prélèvement, autrement dit s'il existe en effet d'éviction des recettes publiques par l'aide extérieure. La littérature existante ne parvient pas à mettre en évidence de manière robuste un tel effet d'éviction. La présente analyse se distingue des travaux antérieurs (i) dans l'analyse de la relation entre aide et prélèvement public, (ii) dans la manière d'estimer cette relation sur des données de panel et enfin (iii) par les résultats obtenus. (i) Notre analyse s'appuie sur le concept d'effort fiscal, qui permet d'isoler la part du prélèvement public résultant de l'action de l'Etat. En outre, une représentation en termes de demande et d'offre de prélèvement public permet d'analyser dans un cadre unique les différents facteurs de l'effort fiscal et les différents effets de l'aide, en particulier ses effets indirects qui transitent par les institutions. Elle montre que la relation entre aide au développement et prélèvement public n'est pas forcément une relation d'éviction, mais qu'au contraire elle peut consister en une relation de complémentarité dans la mesure où l'aide améliore suffisamment l'efficacité des administrations publiques pour compenser l'effet direct négatif lié au financement additionnel. (ii) L'étude apporte également des améliorations significatives par rapport aux estimations économétriques des études antérieures. D'abord, elle utilise des données relatives aux recettes publiques et aux facteurs structurels du prélèvement qui ont été fortement améliorée. Ensuite et surtout, elle procède à un traitement économétrique rigoureux de l'endogénéité de l'aide, qui provient de la propension des donateurs à adapter le niveau des flux d'aide aux difficultés budgétaire des Etats receveurs. (iii) Contrairement à une intuition courante, l'analyse dégage un effet positif de l'aide sur l'effort fiscal et cet effet ne semble pas être différent pour les prêts et les dons. L'impact positif de l'aide est cependant fonction de la qualité des administrations du pays receveur. A l'inverse, la qualité du contrôle démocratique sur l'exécutif semble exercer un effet direct sur l'effort fiscal, sans modifier l'impact marginal de l'aide. L'impact globalement positif de l'aide et son interaction avec la qualité bureaucratique suggère que les effets de complémentarité de l'aide (réduction des arriérés publics, assistance technique) sont importants pour les pays receveurs d'aide publique au développement. Ces résultats permettent de dégager plusieurs enseignements utiles à la fois pour les bailleurs et les pays receveurs. Du point de vue des bailleurs, quatre points peuvent être mis en valeur. - Les résultats ne justifient pas de réduire les flux d'aide afin de préserver l'effort fiscal des pays receveurs, puisque les effets de complémentarité avec les recettes publiques sont généralement plus importants que les effets d'éviction (la plupart des financements sont additionnels et permettent donc des dépenses supplémentaires). - Le rôle de l'assistance technique associée aux flux d'aide est essentiel, puisque l'assistance technique permet de réduire le risque d'éviction en diminuant les coûts associés à la taxation et en améliorant la qualité de la dépense publique (cf. graphique 5). - L'assistance technique doit être plus importante pour les pays ayant initialement une qualité bureaucratique faible, puisque le risque d'éviction est plus grand. Autrement dit, ces Etats ayant plus de mal à collecter des ressources propres, il serait plus intéressant pour eux de baisser leur prélèvement. Une attention particulière doit donc être apportée au soutien de ces Etats dans leurs réformes fiscales mais aussi en vue d'améliorer leur efficacité dans la mobilisation de ressources. - Compte tenu du risque d'affaiblissement du circuit budgétaire induit par l'aide projet, il est logique d'associer l'assistance technique aux administrations financières à un renforcement de l'aide budgétaire. Du point de vue des pays receveurs, il existe un intérêt à réduire les coûts de collecte de l'impôt (en améliorant l'efficacité des administrations fiscales, mais également en modernisant les systèmes fiscaux). Une amélioration de la qualité de la dépense publique est également favorable à la mobilisation fiscale. En effet, ces améliorations du système fiscal et budgétaire garantissent le caractère additionnel des financements et incitent les bailleurs à accroître leur aide. Il existe donc un « double dividende » des réformes : non seulement elles produisent des gains d'efficacité (c'est leur objectif premier), mais de plus elles facilitent l'accès au financement extérieur.

Suggested Citation

  • Jean-François Brun & Gérard Chambas & Samuel Guerineau, 2011. "Aide et mobilisation fiscale dans les pays en développement," Working Papers halshs-00556804, HAL.
  • Handle: RePEc:hal:wpaper:halshs-00556804
    Note: View the original document on HAL open archive server: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00556804
    as

    Download full text from publisher

    File URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00556804/document
    Download Restriction: no

    Other versions of this item:

    Citations

    Citations are extracted by the CitEc Project, subscribe to its RSS feed for this item.
    as


    Cited by:

    1. Sampawende Jules TAPSOBA & Sylviane GUILLAUMONT JEANNENEY, 2009. "Pro cyclicité de la politique budgétaire et surveillance multilatérale dans les unions monétaires africaines," Working Papers 200904, CERDI.
    2. Samuel Guerineau & Hélène Ehrhart, 2012. "The impact of high and volatile commodity prices on public finances: Evidence from developing countries," Working Papers halshs-00659098, HAL.
    3. Patrick GUILLAUMONT, 2009. "Aid effectiveness for poverty reduction: macroeconomic overview and emerging issues," Working Papers P05, FERDI.
    4. Samuel Guerineau & Hélène Ehrhart, 2012. "The impact of high and volatile commodity prices on public finances: Evidence from developing countries," Working Papers halshs-00659100, HAL.
    5. Thierry Kangoye, 2008. "Instability from trade and democracy: the long-run effect of aid," Post-Print hal-00331902, HAL.
    6. Alassane DRABO & Christian EBEKE, 2010. "Remittances, Public Health Spending and Foreign Aid in the Access to Health Care Services in Developing Countries," Working Papers 201004, CERDI.
    7. Hélène Ehrhart & Samuel Guerineau, 2012. "Commodity price volatility and Tax revenues: Evidence from developing countries," Working Papers halshs-00658210, HAL.
    8. Yogo, Urbain Thierry & Mallaye, Douzounet, 2012. "Health Aid and Health Improvement in Sub Saharan Africa," MPRA Paper 44938, University Library of Munich, Germany.
    9. repec:eee:quaeco:v:67:y:2018:i:c:p:311-325 is not listed on IDEAS
    10. Danny Cassimon & Marin Ferry & Marc Raffinot & Bjorn Van Campenhout, 2013. "Dynamic fiscal impact of the debt relief initiatives on african heavily indebted poor countries (HIPCs)," Working Papers DT/2013/01, DIAL (Développement, Institutions et Mondialisation).
    11. Brun, Jean-François & Gnangnon, Sèna Kimm, 2017. "Does trade openness contribute to driving financing flows for development?," WTO Staff Working Papers ERSD-2017-06, World Trade Organization (WTO), Economic Research and Statistics Division.
    12. Thierry Kangoye, 2008. "Instability from trade and democracy: the long-run effect of aid," Economics Bulletin, AccessEcon, vol. 6(41), pages 1-16.

    More about this item

    Keywords

    cerdi;

    NEP fields

    This paper has been announced in the following NEP Reports:

    Statistics

    Access and download statistics

    Corrections

    All material on this site has been provided by the respective publishers and authors. You can help correct errors and omissions. When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:hal:wpaper:halshs-00556804. See general information about how to correct material in RePEc.

    For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (CCSD). General contact details of provider: https://hal.archives-ouvertes.fr/ .

    If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

    We have no references for this item. You can help adding them by using this form .

    If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your RePEc Author Service profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

    Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.

    IDEAS is a RePEc service hosted by the Research Division of the Federal Reserve Bank of St. Louis . RePEc uses bibliographic data supplied by the respective publishers.