IDEAS home Printed from https://ideas.repec.org/a/pmu/cjurid/v72y2018p27-38.html
   My bibliography  Save this article

Le Financement Des Partis Politiques Dans La Jurisprudence De La Cour Européenne Des Droits De L’Homme

Author

Listed:
  • Yves POIRMEUR

    (Professeur de science politique a l’Université de Versailles, FRANCE.)

Abstract

Longtemps resté en franchise juridique, le financement des partis qui est la facette la plus obscure de leurs activités est, depuis une quarantaine d’années, l’objet d’un intense travail de codification. Qu’il soit lié, comme en France, a la nécessité pour les dirigeants des partis de sortir des scandales de financements illégaux – corruption, trafic d’influence, recels d’abus de biens sociaux, emplois fictifs- et des graves risques judiciaires qu’ils leur faisaient courir (Poirmeur Y., 2008), a l’obligation de trouver de nouvelles ressources pour faire face a l’augmentation du cout des campagnes électorales et au tarissement de l’apport financier des adhérents de moins en moins nombreux dans des formations politiques se transformant peu a peu en partis électoral professionnel (A., 1988), ou encore aux transitions démocratiques ouvertes un peu partout dans le monde apres la chute du mur de Berlin, qui exigeaient la construction de régimes démocratiques, il n’a pas eu partout les memes finalités et ne s’est pas inscrit dans un unique paradigme. Il s’est donc traduit par l’adoption de législations qui varient sensiblement d’un pays a l’autre en ce qui concerne l’existence ou non de financements publics, leurs modalités, le régime des financements privés, l’organisation financiere des partis, leurs obligations comptables, les dispositifs de contrôle de la régularité de leurs comptes, les sanctions des irrégularités et les autorités compétentes pour les infliger. Si ces différences paradimatiques sont tres marquées en Europe, elles tendent cependant a se réduire sous l’action des institutions du Conseil de l’Europe qui mettent en forme juridique les principes démocratiques partagés par ses États membres et les font respecter a l’échelle du continent. En effet, tandis que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) élabore de saisine en saisine un droit européen des partis politiques (Poirmeur Y., 2007), qui s’est récemment élargi au cadre conventionnel de leur financement, la Commission pour la démocratie par le droit – Commission de Venise –, l’Assemblée parlementaire et le Comité des ministres du Conseil de l’Europe ont dégagé les standards constitutifs d’un patrimoine constitutionnel commun aux États démocratiques et formulé des lignes directrices et des recommandations qui traitent des financements partisans , dont les États sont invités a s’inspirer dans l’élaboration et la mise en ouvre de leur droit des partis. Appuyée sur le socle de cette soft law, la CEDH a isolé un référentiel normatif conventionnel qui, s’il reconnaît le droit pour les États d’apporter une aide publique aux partis, justifie facilement les interventions des autorités qui restreignent leur liberté de financement et leur imposent des obligations financieres diversifiées assorties de sanctions (I). A cet égard, le contrôle des ingérences qu’elle exerce sur ces mesures se révele moins protecteur des intérets financiers des partis que soucieux de préserver l’autonomie constitutionnelle des États (II).

Suggested Citation

  • Yves POIRMEUR, 2018. "Le Financement Des Partis Politiques Dans La Jurisprudence De La Cour Européenne Des Droits De L’Homme," Curentul Juridic, The Juridical Current, Le Courant Juridique, Petru Maior University, Faculty of Economics Law and Administrative Sciences and Pro Iure Foundation, vol. 72, pages 27-38, January.
  • Handle: RePEc:pmu:cjurid:v:72:y:2018:p:27-38
    as

    Download full text from publisher

    File URL: http://www.upm.ro/facultati_departamente/ea/RePEc/curentul_juridic/rcj18/recjurid181_2F.pdf
    Download Restriction: no

    More about this item

    Keywords

    Cour européenne des droits de l’homme; des partis politiques; le financement; la jurisprudence.;

    JEL classification:

    • K4 - Law and Economics - - Legal Procedure, the Legal System, and Illegal Behavior

    Statistics

    Access and download statistics

    Corrections

    All material on this site has been provided by the respective publishers and authors. You can help correct errors and omissions. When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:pmu:cjurid:v:72:y:2018:p:27-38. See general information about how to correct material in RePEc.

    For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (Bogdan Voaidas). General contact details of provider: http://edirc.repec.org/data/feuttro.html .

    If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

    We have no references for this item. You can help adding them by using this form .

    If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your RePEc Author Service profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

    Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.

    IDEAS is a RePEc service hosted by the Research Division of the Federal Reserve Bank of St. Louis . RePEc uses bibliographic data supplied by the respective publishers.