Advanced Search
MyIDEAS: Login

Produits agro-alimentaires locaux et développement territorial: la coordination difficile entre la tradition et la protection institutionnelle de la qualité liée au terroir. L’aubergine d’AOP Tsakonique du Péloponnèse (Grèce)

Contents:

Author Info

  • Koraka, Antonia
  • Anthopoulou, Theodosia
Registered author(s):

    Abstract

    La crise de l'agriculture d’une part (remise en cause du modèle productiviste, réduction des revenus agricoles) et d’autre part les risques alimentaires survenus dernièrement poussent aussi bien les producteurs que les consommateurs vers des produits dits locaux, localisés ou de terroir. En Grèce, comme plus généralement dans les pays méditerranéens, le riche patrimoine agroalimentaire ainsi que l’attachement important au pays d’origine font que les consommateurs s’intéressent vivement aux produits traditionnels locaux. La demande croissante pour la protection de la provenance géographique des aliments (en Grèce il y a 63 étiquettes AOP et 23 IGP) et l'organisation de nombreuses fêtes de campagne et de festivals de produits locaux dans tout le pays -surtout en période estivale touristique- illustrent l'importance accordée par les collectivités locales à la valorisation du patrimoine rural, comme un moyen puissant de développement territorial. La question qui se pose est de savoir comment et dans quelle mesure les produits agro-alimentaires locaux dotés d’un signe de qualité d’origine géographique, peuvent en fait générer des synergies et des valeurs ajoutées territoriales. La question devient encore plus complexe dans le cas d’une production de légumes, comme c’est le cas de l’aubergine en question, si l’on tient compte qu’avec l’intensification excessive des cultures maraîchères dont la production est destinée aux circuits longs de commercialisation, celles-ci ont quasiment perdu leur ancrage sur des spécificités locales; qu’elles soient liées à une histoire, à un savoir-faire de production ou à des conditions géographiques et écologiques particulières (lien au lieu de production). D’autre part, des enquêtes ont montré que les consommateurs sont moins sensibles et habiles à reconnaître une identification de l’origine d’un légume lorsque selon leur conception ‘les légumes poussent tout seuls et de la même manière partout’ (Bressoud et Parès, 2010). Notre travail est basé sur les résultats d'une enquête de terrain, réalisée dans la municipalité de Léonidio (département montagnard d’Arcadie, Péloponnèse), focalisée sur un produit maraîcher spécifique, celui de l’Aubergine Tsakonique d’Appellation d’Origine Protégée de Léonidio (depuis 1996). Il s’agit d’une culture traditionnelle (semences issues de production locale, savoir-faire transmis au sein de la communauté locale) et emblématique de la région. L’aubergine Tsakonique est bien identifiable par les consommateurs grecs du fait de sa couleur violette et de sa forme spécifique longue. Cependant, l’invasion du marché grec par des aubergines « de type tsakonique » (issues des hybrides cultivés sous serre) fait que l’aubergine authentique de terroir Tsakonique perd du terrain par effet de concurrence déloyale. En outre, l’introduction des cultures maraîchères dynamiques et bien rémunératrices dans la région depuis les années 1990 (tomates, concombres et autres produits maraîchers sous serre) affecte la culture traditionnelle d’aubergine d’une concurrence même au sein de l’assolement local. Ceci dit l’aubergine Tsakonique devient de moins en moins intéressante économiquement pour les producteurs de Léonidio à partir du moment où ils n’arrivent pas à capitaliser la qualité spécifique du terroir et la bonne réputation de l’aubergine locale sur le marché national.

    Download Info

    If you experience problems downloading a file, check if you have the proper application to view it first. In case of further problems read the IDEAS help page. Note that these files are not on the IDEAS site. Please be patient as the files may be large.
    File URL: http://purl.umn.edu/95043
    Download Restriction: no

    Bibliographic Info

    Paper provided by European Association of Agricultural Economists in its series 116th Seminar, October 27-30, 2010, Parma, Italy with number 95043.

    as in new window
    Length:
    Date of creation: 27 Oct 2010
    Date of revision:
    Handle: RePEc:ags:eaa116:95043

    Contact details of provider:
    Email:
    Web page: http://www.eaae.org
    More information through EDIRC

    Related research

    Keywords: Agribusiness; Agricultural and Food Policy; Community/Rural/Urban Development; Food Consumption/Nutrition/Food Safety; Labor and Human Capital;

    This paper has been announced in the following NEP Reports:

    References

    No references listed on IDEAS
    You can help add them by filling out this form.

    Citations

    Lists

    This item is not listed on Wikipedia, on a reading list or among the top items on IDEAS.

    Statistics

    Access and download statistics

    Corrections

    When requesting a correction, please mention this item's handle: RePEc:ags:eaa116:95043. See general information about how to correct material in RePEc.

    For technical questions regarding this item, or to correct its authors, title, abstract, bibliographic or download information, contact: (AgEcon Search).

    If you have authored this item and are not yet registered with RePEc, we encourage you to do it here. This allows to link your profile to this item. It also allows you to accept potential citations to this item that we are uncertain about.

    If references are entirely missing, you can add them using this form.

    If the full references list an item that is present in RePEc, but the system did not link to it, you can help with this form.

    If you know of missing items citing this one, you can help us creating those links by adding the relevant references in the same way as above, for each refering item. If you are a registered author of this item, you may also want to check the "citations" tab in your profile, as there may be some citations waiting for confirmation.

    Please note that corrections may take a couple of weeks to filter through the various RePEc services.